A quand un changement de POSTURE des travailleurs sociaux? L'accompagnement socio éducatif peut-il exister sans reconnaissance de l'altérité, peut-il perdurer dans le faux- semblant?

10/11/2012 11:27

Certains responsables de l'Action Sociale des CDAS des Conseils Généraux prétextent souvent la nécessaire discrétion du suivi éducatif, -afin de préserver la bonne relation avec les parents et le bon suivi -pour ne pas "divulguer" certaines informations aux partenaires socio-éducatifs, en l'occurence aux enquêteurs sociaux diligentés par les Magistrats. 

Ils expliquent que si certaines informations confiées aux partenaires socio éducatifs reviennent aux oreilles des familles, ils ne peuvent plus travailler avec elles. Pire,  ils peuvent craindre d'être agressés.

En revanche, ils ne sont pas gênés de signaler au Procureur ou au Juge des Enfants les situations qu'ils estiment préoccupantes  et cela sans en avertir les famillles!

De la même manière, ils n'hésitent pas à produire les informations relatées par ces même enquêteurs sociaux afin de valider leurs écrits et leurs signalements auprès du Procureur ou des Juges.

 

Comment espérer travailler d'une manière constructive dans le respect mutuel -de l'Autre et de Soi- avec les familles, les parents, les enfants, sans les informer de ce que l'on comprend, de ce que l'on analyse de leur situation et de ce que l'on va mettre en oeuvre -avec ou sans eux-et qui les concerne en premier lieu...

Sans parler "VRAI", sans  les prévenir, sans informer de ce que l'on va transmettre et rédiger de leur histoire dans les rapports, et dont pourront se saisir les Juges.

Comment imaginer espérer faire un travail riche de sens, sans accorder à l'AUTRE, une authenticité dans la reconnaissance de son histoire, de sa trajectoire, dans ses capacités à réfléchir, à évoluer. Sans lui laisser cette place de SUJET......

Ainsi dès le début de l'accompagnement social les dés sont pipés!!!

 

i